RMC Sport

Razzano, le jour d’après

Virginie Razzano

Virginie Razzano - -

Au lendemain de son exploit monumental face à Serena Williams, Virginie Razzano a participé au double féminin au côté d’Alizé Cornet. Des retrouvailles avec le court que n’ont pas manqué les spectateurs de Roland-Garros, sous le charme de la Tricolore.

La nuit de Virginie Razzano a été courte, très courte. Non, la Française n’est pas allé dans une boîte de nuit branchée de la capitale pour fêter son exploit face à Serena Williams (4-6, 7-6, 6-3) : elle a tout simplement eu beaucoup de mal à trouver le sommeil. Cinq petites heures pour digérer mentalement le plus bel exploit de sa carrière. « On connait Virginie, on sait qu’elle fait toujours de grands matchs contre les grandes joueuses, souffle l’ancienne n°11 à la WTA, Nathalie Dechy. Elle a été généreuse, courageuse et y a cru jusqu’au bout. Elle nous a fait vivre de très belles émotions. »

Difficile donc de retrouver le chemin des courts après une si petite nuit. Pourtant, Razzano était très attendue par les supporters pour le premier tour du double féminin sur le court n°14. La nouvelle attraction du tournoi parisien, c’est elle. « Je connaissais un peu le nom mais je ne l’avais jamais vu, lâche un désormais fervent admirateur de la Tricolore à son entrée sur le n°14. Elle va avoir pris confiance et c’est bien qu’elle garde le rythme avec le double. »

Escortée par le service de sécurité

Avec Alizé Cornet à ses côtés, la 111e joueuse mondiale a fini par rendre les armes face à la paire Babos-Hsieh (6-4, 6-1) devant une tribune rapidement prise d’assaut par un public conquis. « Si elle se maintient son niveau de jeu elle peut aller loin, souffle un jeune amateur de la petite balle jaune. C’est le genre de victoire qui fait franchir un cap. Je n’y étais pas mais j’ai entendu que c’était extraordinaire. »

Escortée par le service de sécurité, Razzano, entourée d'une foule très dense, s'est rapidement éclipsée. A 29 ans, la Française va devoir privilégier les soins avant de défier la Néerlandaise Rus pour une place au 3e tour. « Elle a un tour jouable et ce serait beau qu’elle continue, termine son ami Natalie Dechy. Maintenant, Il faut qu’elle récupère physiquement et mentalement. » Car personne n’ose imaginer une élimination de la nouvelle coqueluche de Roland-Garros dès le 2e tour.