RMC Sport

Shanghai: Nadal sur le chemin du retour

-

- - AFP

Après avoir écarté Milos Raonic, Rafael Nadal a confirmé être sur le chemin du retour en surclassant Stan Wawrinka, ce vendredi en quarts de finale du tournoi de Shanghai (6-2, 6-1). L’Espagnol tentera d’enchainer samedi face à Jo-Wilfried Tsonga, pour rallier sa première finale de Masters 1000 depuis mai.

Non, Rafael Nadal n’exulte pas, comme il a pu le faire ces derniers mois sur de simples balles de débreak au premier set. Facile tombeur de Stan Wawrinka (6-2, 6-1) ce vendredi matin en quarts de finale du Masters 1000 de Shanghai, le 7e mondial serre le poing et affiche simplement un large sourire. Celui de la confiance et de l’apaisement.

Après avoir éclipsé son premier Top 10 depuis mai dernier, vendredi en la personne de Milos Raonic (9e mondial) en deux manches (6-3, 7-6), Rafa n’a fait qu’une bouchée de Stan Wawrinka, qui s’était imposé lors de leurs deux derniers duels, après 12 succès de son adversaire. En 1h03 de jeu, l’Espagnol a étrillé un n°4 mondial, diminué il est vrai, grâce à une excellente première balle (74% de premiers services), un coup droit et un retour du tonnerre (56% de points gagnés au retour).

Le premier Nadal-Tsonga depuis avril 2013

« La blessure mentale » évoquée par le Majorquin semble résorbée. Vainqueur sur tie break cette semaine contre Karlovic et Raonic, Nadal a donc confirmé être sur la voie de la rédemption ce vendredi en étrillant un Top Player. Le type de performance qu’il n’avait plus accomplie sur dur depuis son succès contre Roger Federer en demies de l’Open d’Australie… en janvier 2014.

Ce samedi, Nadal tentera d’attester qu’il a bien retrouvé le physique, le tennis et le mental face à Jo-Wilfried Tsonga, vainqueur du Sud-Africain Kevin Anderson (7-6, 5-7, 6-4). S’il s’est adjugé leurs deux derniers duels, Nadal n’a jamais eu l’opportunité d’affronter le Manceau depuis deux ans et demi. L’occasion de rattraper le temps perdu et d’irradier tout le Central de Shanghai d’un sourire jusqu’aux oreilles.

Jérémy Bilinski