RMC Sport

La FFT obtient le divorce

La journée du divorce entre Dominguez et la FFT.

La journée du divorce entre Dominguez et la FFT. - -

Comme prévu, Patrice Dominguez a été démis de ses fonctions de DTN ce vendredi matin par le bureau fédéral de la fédération française de tennis. Mais il ne s'attendait pas à être évincé à la quasi-unanimité. Et pour cause : il y a quelques mois, il avait été reconduit… à l'unanimité ! Récit d’une drôle de journée.

Dans une salle très discrète, sous la tribune présidentielle du court central de Roland-Garros, Jean Gachassin fait le bilan. Celui de son DTN. Devant les membres du bureau fédéral, le président de la FFT compile tous les griefs faits à Dominguez. Cela dure plusieurs minutes. « Voilà l'ambiance du moment », lâche-t-il en conclusion. Il laisse ensuite la parole à ceux qui, comme lui, ont pris position contre le DTN. En cause, des soucis autour des wild-cards, le mécontentement de certains entraîneurs fédéraux, des problèmes de signatures et le musellement des vice-présidents de la fédé par le DTN. Le bureau fédéral est à l'écoute. Un seul de ses membres prendra la défense de Dominguez, évoquant le « bilan incontestable » du DTN.

La réunion durera cinq heures. A la sortie, dédaigneux, Jean Gachassin lâche une curieuse sentence : « Nous avons mis fin aux fonctions de DTN qui étaient occupées par Fabrice (sic) Dominguez. » Volontairement ou pas, le président de la FFT se trompe de prénom. Ambiance. Il évoque le « manque de confiance des dirigeants de la FFT » à l'encontre de Dominguez, ainsi que « des choses cachées » par le DTN. « Il ne reconnaissait pas les élus, ajoute-t-il. C'était un peu un Etat dans l'Etat. Personnellement, je veux gouverner de façon collégiale. »

Il ne prendra même pas la peine de prévenir son ancien collaborateur. « Un communiqué de presse va être rédigé ». De fait, celui-ci sera publié quatre heures plus tard, vers 17 heures, sur le site de la FFT. « J'ai un inter-région, je pars à La Baule, ajoute Gachassin. Si je le rencontre, je le préviendrai. Mais c'est la vie. » Il s'éclipse ensuite avec trois acolytes du bureau fédéral. Sans se presser. Quelques mètres plus loin, dans un bâtiment adjacent, Patrice Dominguez patiente seul, dans son bureau. Il interroge les journalistes, qui lui rendent compte de la décision. « Vous me l'apprenez, personne ne m'a officiellement prévenu… »

Manifestement affecté par l'ampleur du vote à son encontre, il encaisse. « Je suis évidemment surpris et déçu d’avoir été démis de mes fonctions sans grief grave, confie-t-il. Je ne remets pas en cause la légitimité de cette décision, qui appartient aux élus. Je suis simplement déçu, car mon bilan me laissait penser que j’étais parti pour un mandat supplémentaire. » Il remercie aussi les joueurs et ceux qui l'ont soutenu. Avant de trancher, les larmes aux yeux : « Je ne peux pas aller plus loin... »

La deuxième fédération sportive de l’Hexagone (derrière le football) doit maintenant trouver un nouveau DTN. Jean Gachassin contactera Rama Yade, la secrétaire d’Etat aux sports, ce samedi. Patrice Hagelauer est en première ligne, « mais il fait simplement partie d'une liste de noms », assure-t-on du côté de la fédération. La décision sera prise « la semaine prochaine de manière collégiale ». « C'est triste, c'est vrai, conclut Jean Gachassin. Quand il y a un divorce, c'est triste. Mais c'est la vie. »

La rédaction - Clément Zampa à Roland-Garros