RMC Sport

Tennis: Aides financières, Coupe Davis... Sanctionné par la FFT, Cotentin Moutet se ferme des portes

Après une disqualification en janvier à Adelaïde, une grosse prise de bec en Challenger à Orléans, un abandon un peu suspect à Naples, Corentin Moutet a poussé la Fédération française de tennis à prendre des mesures contre lui.

Alors qu’il doit jouer son deuxième tour au Masters 1000 de Paris mercredi face à l’Anglais Cameron Norrie, Corentin Moutet a été sanctionné par la Fédération française. Selon une information du journal L’Equipe, le gaucher parisien, 64e mondial, a été évincé des structures fédérales en raison de son mauvais comportement sur les courts, perdant ainsi notamment des aides financières et son coach fédéral, Laurent Reymond, absent à Bercy pour d’autres raisons.

"Le comportement de Corentin Moutet sur le court ne correspond pas aux valeurs que la FFT veut transmettre", a expliqué la Fédération à l'AFP. Disqualifié en début d’année au tournoi d’Adelaïde pour des mots crus prononcés et sanctionnés par l’arbitre, le Français avait été très véhément envers une arbitre lors de son troisième tour de l’US Open, lui demandant son salaire.

Il avait été aussi à deux doigts d’en venir aux mains le 29 septembre dernier au Challenger d’Orléans avec Adrian Andreev. Il était d’ailleurs venu dans l’émission Les Grandes Gueules du Sport sur RMC pour expliquer son coup de sang. Il avait eu un différend la semaine précédente avec le Bulgare.

Le 20 octobre, à l’ATP 250 de Naples, Corentin Moutet avait abandonné au bout d’une demi-heure, prétextant que le court était glissant et dangereux. Mais un jet de raquette, quelques minutes auparavant, aurait pu lui coûter cher.

Quid de la coupe Davis, un jour ?

Doté d’un caractère volcanique, ne supportant pas l’injustice, le joueur du Tennis Club de Paris a souvent flirté avec la ligne rouge dans sa carrière. D’ailleurs, c’est la deuxième fois que la FFT prend des mesures envers lui. En 2017, en Australie, son comportement exécrable avec son coach de l’époque, Thierry Tulasne, avait incité un cadre fédéral à remettre l’entraîneur dans l’avion pour la France. Corentin Moutet avait été livré à lui-même durant le Grand Chelem juniors. Ce qui ne l’avait pas empêché d’atteindre le dernier carré à Melbourne...

Agé de 23 ans, le Parisien vit pourtant la plus belle saison de sa carrière. Il est même en capacité d’achever 2022 avec le statut de numéro 1 français à l’ATP s’il atteint les demi-finales au Rolex Paris Masters.

Se poserait alors sa candidature à une sélection en Coupe Davis, pour le barrage en février 2023. Et son comportement pourrait être un obstacle pour enfiler le maillot bleu. La Fédération française ne badine pas avec l’éthique et l’exemple. En avril 2021, elle avait pris les devants en informant Benoît Paire – alors 35e mondial et qui multipliait les frasques - qu’il ne serait pas sélectionnable pour les Jeux plympiques de Tokyo. Tout doucement, Corentin Moutet se ferme des portes alors que son talent, raquette en main, fait l’unanimité…

Eric Salliot