RMC Sport

Pourquoi Mayweather-Pacquiao sera le combat du siècle

Floyd Mayweather et Manny Pacquiao

Floyd Mayweather et Manny Pacquiao - AFP

Officialisé par Floyd Mayweather ce vendredi, le combat tant attendu entre l’Américain invaincu et Manny Pacquiao, les deux meilleurs boxeurs de leur génération, aura bien lieu le 2 mai prochain au MGM Grand de Las Vegas. « Combat du siècle » ? RMC Sport répond oui. Et vous explique pourquoi.

Parce que la boxe a perdu l’aura des grands duels

Le dernier en date concernait déjà Floyd Mayweather Jr. C’était en 2007 face à Oscar De La Hoya. Hormis cette parenthèse, l’analyse de la boxe des 15 dernières années propose un désert. Mythifié par ses duels de légende, les Ali-Frazier, Ali-Foreman, Leonard-Hagler ou dans une moindre mesure Tyson-Holyfield, le noble art a vu ces derniers… disparaître. Conséquence, notamment, d'une catégorie poids lourds qui a perdu de son aura avec un manque de champions combinant personnalité affirmée et talent rare. Une situation qui a poussé de nombreux fans à s’éloigner des rings. Manque d’intérêt. L’idéal pour rebooster tout ça ? Il n’avait qu’un seul horizon : Mayweather contre Pacquiao. Floyd face à Manny. Les deux meilleurs boxeurs des années 2000 qui règlent enfin la question que tout le monde se pose, celle de la suprématie entre les deux. Avec encore deux combats sur son contrat avec Showtime, qui en a fait l’athlète le mieux payé de la planète, l’Américain invaincu (47 victoires dont 26 KO) cherchera à cimenter une légende qui aurait été écornée s’il n’avait jamais affronté Pacquiao. Un succès le rapprocherait un peu plus de son objectif d’une fin de carrière avec un record de 49-0, identique à celui de la légende des poids lourds des années 50 Rocky Marciano quand ce dernier s’était retiré. Devenu homme politique dans son pays, où il est également impliqué dans la vie d’un club de basket professionnel (dont il est l’entraîneur officiel et pour lequel il a joué sept minutes au poste de meneur) après avoir déjà été acteur et chanteur, le Philippin – 57 victoires dont 38 KO, 5 défaites et 2 nuls – n’aura lui pas grand-chose à perdre dans un combat où beaucoup prédisent sa défaite. Mais tout à gagner. Infliger à « Money » sa première défaite renforcerait le statut d’icône de Pac-Man et lui offrirait une plus belle place encore au panthéon pugilistique. Sans oublier un « droit de chambrer » son meilleur ennemi pour le reste de sa vie. Alors, c’est qui le plus fort ?

Parce que l’attente renforce le plaisir

« Le meilleur moment de l’amour, c’est quand on monte l’escalier. » Georges Clemenceau ne connaissait pas Mayweather et Pacquiao. Mais sa célèbre citation va peut-être s’appliquer au « combat du siècle ». Entre Money et Pac-Man, le pas de deux a longtemps tourné à la valse manquée. On se chambre, on se provoque, on se lance des piques… et on trouve toujours le moyen de repousser le combat. Partage de la bourse, contrôles antidopage, contrats télé, animosité commune : les deux camps – et surtout celui de Mayweather – ont longtemps cherché toutes les excuses possibles pour retarder l’échéance. Si ces années de discussions vaines ont empêché le combat d’avoir lieu quand les deux protagonistes étaient au sommet de leur art, l’attente n’en aura pas moins renforcé le plaisir. A force, l’éventualité était devenue chimère. Elle est désormais une réalité. Mayweather-Pacquiao, combat qui possédait sa propre page Wikipedia bien avant d’être officiel, aura bien lieu. Plus que deux mois et demi avant d’atteindre le sommet de l’escalier.

Parce que l’opposition de style fascine

D’un côté, Mayweather, le plus grand boxeur défensif de l’histoire. De l’autre, Pacquiao, style beaucoup plus offensif et capable de terrasser n’importe quel adversaire en quelques coups. Entre l’Américain et le Philippin, l’opposition de style fascine. La défense de Floyd va-t-elle écœurer Manny ? Pac-Man peut-il surprendre Money ? Autant de questions qui aiguisent la curiosité des amateurs de noble art. Au-delà du plan sportif, l’opposition de style se retrouve aussi entre les deux bonhommes : l’arrogant Mayweather, flamboyant, grande gueule, toujours le premier à chanter ses propres louanges, pas toujours aimé chez lui, face au plus humble Pacquiao, acteur, chanteur, plus que prophète en son pays, homme politique qui ne quitte jamais son sourire charmeur. Si ce combat est tant attendu, c’est aussi pour ça : beaucoup rêvent de voir Manny, qui reste sur trois victoires consécutives, faire enfin tomber Floyd de son piédestal. « Manny va le mettre sur le dos », prédit Freddie Roach, l’entraîneur de Pacquiao. « Manny va tenter de faire ce que 47 autres ont raté avant lui. Il sera le numéro 48 », titille Money. Réponse le 2 mai. On s’impatiente déjà.

Parce que c’est une poule aux œufs d’or

A l’heure d’officialiser le combat ce vendredi via le réseau social Shots, Mayweather n’a pas hésité à faire dans l’emphase : « Ce que le monde attendait est arrivé ». Seul boxeur à avoir gagné des titres mondiaux dans huit catégories de poids différentes, Pacquiao (qui devrait arriver aux Etats-Unis dans la première semaine de mars pour sa préparation au combat) a rebondi dans le même état d’esprit sur Twitter : « Je suis heureux que Floyd et moi puissions donner aux fans ce qu’ils réclament depuis tant d’années ». Deux phrases qui ouvrent sur une perspective : l’affrontement entre Pac-Man et Money – le premier défendra son titre mondial WBO des welterweights, le second ses ceintures WBC, WBA et The Ring de la même catégorie – devrait bien être le combat de boxe le plus lucratif de l’histoire. Il y a cinq ans, les spécialistes imaginaient un combat rapportant 300 millions de dollars et permettant de vendre entre 2,5 et 3 millions de pay-per-view aux Etats-Unis (le record de Mayweather est de 2,4 millions, en 2007 contre De La Hoya, celui de Pacquiao de 1,4 millions en 2001 contre Juan Manuel Marquez). Cette fois, les médias US évoquent un Mayweather qui recevra 60% de la bourse pour un minimum de 120 millions de dollars contre 80 à Pacquiao. Mais avec des ventes de PPV records, ces chiffres vont encore beaucoup augmenter. Autre preuve économique du côté « combat du siècle » : selon Forbes, référence en la matière, les billets pour le MGM Grand (salle plutôt petite pour un tel événement) devraient se négocier à une moyenne supérieure à… 3000 dollars à la revente officielle. D'autres sources évoquent un minimum de 8000 dollars. Sans parler des sommes attendues sur le marché noir. Ne cherchez pas, aucun combat de boxe dans l’histoire n’a atteint de tels sommets.

Parce que le marketing a pris le pas sur le sportif

Organiser Mayweather-Pacquiao en mai 2015 ne revêt pas le caractère sportif que ce duel de titans aurait généré il y a cinq, six ou sept ans. A force de repousser l’échéance, Money et Pac-Man ont vu le temps faire son œuvre. Ils ont vieilli. Ont perdu une partie (une petite partie seulement, on vous rassure) de ce qui en a fait des légendes du ring. S’ils restent les deux plus grands noms de la boxe actuelle, Floyd et Manny ne sont plus sans le moindre doute les deux plus grands boxeurs de la planète toutes catégories confondues comme ils pouvaient l’être en 2008. Si le magazine The Ring les classe encore n°1 (Mayweather) et n°3 (Pacquiao) sur cette liste, les deux défaites sur les cinq derniers combats du Philippin – contre Timothy Bradley et Juan Manuel Marquez en 2012 alors que son dernier revers remontait à 2005 – ont fait voler en éclat le côté « invincible depuis longtemps contre invincible tout court » qui aurait entouré le combat il y a quelques années. Mayweather (37 ans, 38 le 24 février) et Pacquiao (36) ne sont malheureusement plus dans la force de l’âge. Cela va se ressentir sur le ring. Sur le plan pugilistique, le « combat du siècle » n’aura sans doute pas lieu le 2 mai au MGM Grand de Las Vegas. Mais sur le plan marketing, il prendra cette appellation. Et comme le sport moderne fait souvent passer l’argent avant la performance, on l’aura bien, notre combat du siècle.

Alexandre Herbinet