RMC Sport

Ski Alpin

Double championne du monde de géant, Tessa Worley a décidé de mettre un terme à sa carrière, à 33 ans. La Française a disputé ce dimanche sa dernière course en carrière.

Alexis Pinturault

Mondiaux de ski: derrière ses stars, la France peine à se trouver une relève

Les championnats du monde de ski de Méribel-Courchevel, qui s'achèvent ce week-end, auront mis en lumière la question de la relève chez les athlètes tricolores. Car derrière les Worley, Pinturault et autres Clarey, le ski français peine à se trouver de nouvelles têtes d’affiche. C’est particulièrement vrai pour les épreuves de slalom qui ont lieu ce week-end. Les filles sont absentes du plus haut niveau mondial depuis de nombreuses années, les garçons ne s’en remettent eux qu’aux très bonnes performances de Clément Noël. Derrière, les jeunes peinent à franchir le cap. Eléments d'explication.

Johan Clarey

Mondiaux de ski: Clarey, la valeur malgré le nombre des années

Il a eu beau fêter ses 42 ans le 8 janvier, Johan Clarey n’en reste pas moins l’un des tous meilleurs skieurs de la planète. Ce dimanche à Courchevel, il nourrit de beaux espoirs de médaille pour l’une des toutes dernières courses de sa carrière, la descente des championnats du monde. Pour lui qui n’a jamais gagné au plus haut niveau en dépit de 13 podiums (Coupe du monde, JO et championnats du monde confondus), un titre sonnerait comme la récompense ultime de tous points de vue.

Le roc de fer à Méribel.

Ski Alpin (Mondiaux): à la découverte du Roc de fer, juge de paix de la descente femme

Après les médailles d’Alexis Pinturault (or en combiné et bronze en Super G), les descentes sont le temps fort du week-end lors des Mondiaux de ski alpin à Courchevel-Méribel. Honneur aux dames, ce samedi sur la piste du Roc de fer. Théâtre de moments d’exception avec les Jeux Olympiques d’Albertville en 1992, elle a été redessinée en 2023 pour un tracé spectaculaire, complet où il va falloir faire preuve d’engagement constant.

Aleksander Aamodt Kilde sur le super-G des Mondiaux de ski, 9 février 2023

Mondiaux de ski: en ski alpin, l’impalpable obsession du chrono

La descente masculine des Mondiaux aura lieu dimanche à Courchevel, sur la piste de l’Eclipse. A l'entraînement, les skieurs évaluent leur temps par rapport au premier entraînement remporté mercredi par le Norvégien Kilde. L’occasion de se pencher sur la prépondérance et le paradoxe du chrono dans le ski, à la fois vérité absolue et valeur toute relative. Contrairement à un coureur de 100m, les yeux rivés sur la barre des 10 secondes, les skieurs ne courent pas après un objectif chronométrique précis. Seulement après le fait d’être meilleur que le reste de la concurrence, quelle que soit la course sur laquelle ils s’alignent. Si cela change tout dans l’approche de ce sport, leur obsession pour le chronomètre n'en reste pas moins une réalité de tous les jours. Encore plus à l’entraînement, que pendant les courses. 

Alexis Pinturault lors des Mondiaux de ski alpin, à Courchevel le 7 février 2023

Ski alpin (Mondiaux): Alexis Pinturault, les bienfaits d'un succès "maison"

Gagner chez soi un titre ultime: beaucoup d’athlètes en rêvent, peu le réalisent. Mais lui le réussit. Alexis Pinturault est devenu champion du monde de combiné, à Courchevel, là où il a chaussé pour la première fois les skis. À l’image des Jeux olympiques d’Albertville, inaugurés par une médaille d’argent - Franck Piccard en descente – les championnats du monde 2023 sont idéalement lancés. Du (très bien) fait maison de la plus haute importance pour toute l’organisation.