RMC Sport

Guerre en Ukraine: des hockeyeurs russes forment un Z et affichent leur soutien à l'invasion

Deux équipes de bandy, une variante de hockey-sur-glace, ont formé un "Z" avant leur rencontre le 10 mars. Un signe de soutien à l'armée russe et son invasion en Ukraine, le "Z" qui s'affiche sur les chars russes et qui signifie “Za Pobedu” ("Pour la victoire" en Russe).

Avant le coup d'envoi d'une rencontre de bandy (ancêtre du hockey-sur-glace qui se pratique sur des terrain de foot gélés, ndlr), les équipes du CSKA (Sport Klub Army), le club de l'armée, et le Dynamo Moscou, l'équipe du ministère de l'intérieur, ont formé un "Z", le 10 mars dernier. Un signe de soutien à l'armée russe et son invasion en Ukraine, le "Z" qui s'affiche sur les chars russes et qui signifie “Za Pobedu” ("Pour la victoire" en Russe).

>> Guerre en Ukraine, les conséquences sur le sport

Le précédent Kuliak

Ce n'est pas la première fois que des sportifs affichent leur soutien à l'armée russe. Le 6 mars dernier, le gymnaste Ivan Kuliak est monté sur le podium lors de la Coupe du monde de gymnastique à Doha avec le symbole "Z" sur son maillot. Comme une triste ironie, il se trouvait juste à côté de l'athlète ukrainien, Illian Kovtun, vainqueur de l'épreuve sur ce podium.

Ancien champion du monde chez les juniors, Kuliak, âgé de 20 ans, a effectué son service militaire l'année dernière. Le Z figurait ainsi en soutien sur son maillot, en remplacement du drapeau russe, désormais interdit par les différentes fédérations internationales de sport.

"On nous a dit de recouvrir notre drapeau, ce que j'ai fait. Ils avaient déjà banni tout ce qui était possible. J'ai juste voulu montrer d'où je suis, c'est tout", affirmait-il après coup. Les athlètes ukrainiens nous ont mal traités... C'est en réponse à ce comportement que je me suis juste présenté avec cet écusson sur mon sokol (élément de la tenue d'un gymnaste). Ils étaient enroulés dans leur drapeau, criaient '''Gloire à l'Ukraine'' sur le podium. Selon les règles de la compétition, ce n'est pas autorisé, mais personne ne leur a rien dit. Ils ont aussi réclamé que l'on soit exclu alors que l'on n'avait rien dit ou fait contre qui que ce soit." Cela a finalement été le cas après la décision de la Fédération internationale de gymnastique.

AS