RMC Sport

LNR: un courrier envoyé à la FFR et à World Rugby pour se faire entendre

INFO RMC SPORT - La Ligue Nationale de Rugby, via son président Paul Goze, a adressé jeudi un courrier à son homologue de la Fédération française, Bernard Laporte, mais aussi à World Rugby, pour réclamer plus de dialogue sur le calendrier international de cet automne. Avec l’espoir d’organiser prochainement une réunion en présence également de la Ligue anglaise et de sa fédération. La LNR et les clubs veulent se faire entendre.

Le bras de fer est bel et bien engagé. La Ligue nationale de rugby (LNR) et la Fédération française (FFR) n’ont toujours pas trouvé d’accord quant à la mise à disposition des internationaux et le calendrier des tests d’automne. Pire encore, la situation est clairement figée. Réunis mercredi soir, les représentants des deux instances n’ont pas avancé. La Ligue a rappelé qu’elle était prête, exceptionnellement, à valider cinq matchs, dont le France-Irlande comptant pour la dernière journée en retard du Tournoi des VI Nations, au lieu des trois prévus initialement dans la convention.

La Fédération, elle, campe sur ses positons avec six matchs attendus pour les Bleus et la stricte application de la règle 9 de World Rugby sur une période allongée à sept semaines, du 24 octobre au 5 décembre.

"La réunion ne s’est pas bien passée", nous a-t-on confirmé. "Il n’y a eu aucune avancée", selon un autre proche du dossier. Le dialogue est dans l’impasse. Pour en sortir, la LNR a proposé, mercredi, d’organiser dans les prochains jours une réunion élargie avec World Rugby mais aussi la Fédération française, la Fédération anglaise (RFU) et la Ligue anglaise (PRL).

Une réunion avec les Anglais?

Selon les informations de RMC Sport, cette demande a été réitérée dès le lendemain dans un courrier envoyé par Paul Goze, président de la LNR, à Bernard Laporte, son homologue de la FFR, et une autre lettre adressée à World Rugby et son directeur général, Brett Gosper.

Dans ce courrier, la Ligue a fait part de son désaccord sur la façon de faire, la méthode des dernières semaines avec une position inchangée de la Fédération, tout en appelant à davantage de dialogue. Les clubs français et anglais veulent se faire entendre et peser concrètement sur les décisions, dans un contexte économique difficile et toujours incertain.

"On ne va pas suicider et personne ne nous écoute", résume-t-on fermement du côté de la LNR et des clubs. C’est pour cela que Paul Goze et les clubs se réservent la possibilité de recourir, in fine, à des moyens juridiques, afin de défendre leurs intérêts si la situation n’évoluait pas. La LNR l’a d’ailleurs rappelé aux dirigeants du rugby mondial. Le temps presse pourtant. Le comité exécutif (l’exco) de World Rugby se réunira le 22 juillet avant que le conseil de la fédération internationale ne valide ces décisions début août. D’ici là, les points de vue peuvent-ils se rapprocher? Il est, pour l’heure, franchement permis d’en douter.

Jean-François Paturaud