RMC Sport

Dopage confirmé pour la championne olympique Tsoumeleka

Les résultats de l’échantillon B ont confirmé que la championne olympique 2004 du 20 km avait eu recours à l’EPO CERA.

Athanassia Tsoumeleka avait été contrôlée, par prélèvement sanguin, le 6 août en pleine préparation olympique. La Grecque, championne chez elle en 2004, a terminée 9e aux JO de Pékin.

L’échantillon A de l’athlète, qui était apparu négatif lors de l’analyse cet été, avait été analysé une seconde fois avec une méthode spécialement conçue pour détecter l’EPO de dernière génération, dit CERA ou encore a effet retard.

Les analyses rétroactives de Tsoumeleka faisaient partie d’une série d’une cinquantaine d’échantillons sanguins examinés par le laboratoire français de Chatenay-Malabry. La Grecque est le seul cas positif.

Lorsque la nouvelle de sa positivité a été rendue publique mi-janvier, Tsoumeleka avait déclarée qu’elle allait mettre un terme à sa carrière.

Lors de l’annonce du résultat de l’échantillon B, la spécialiste du fond a affirmé qu’elle « n’allait pas chercher d'excuses, même si ce n'est pas volontairement que j'ai utilisé cette substance. »

Tsoumeleka, qui sera jugée par sa fédération, risque une suspension de 2 ans.

C’est le premier cas d’infraction à l’EPO CERA dans une discipline autre que le cyclisme (1).

(1) Quatre cyclistes ont été pris par la patrouille antidopage lors du dernier Tour de France : les Italiens Riccardo Ricco et Léonardo Piepoli, l’Allemand Stefan Schumacher, et l’Autrichien Bernhard Kohl.

La rédaction