RMC Sport

L’OM lance son sprint

-

- - -

Marseille reçoit jeudi le Benfica Lisbonne en huitième de finale retour, trois jours avant un choc décisif en championnat contre Lyon. Deux rendez-vous à ne pas manquer.

La surcharge de travail a une vertu, elle empêche de s’attarder sur le passé. L’Olympique de Marseille sort à peine de dix jours finalement frustrants, conclus par trois matchs nuls, qu’il va replonger au cœur de l’action. Le printemps laisse peu de répit aux ambitieux. « Mars-avril est la période où se gagnent les titres, abonde le gardien phocéen Steve Mandanda. Les prochaines rencontres vont être déterminantes. »

Dès demain, les Marseillais tenteront de profiter d’un résultat positif à Benfica (1-1) pour accéder à leur deuxième quart de finale de Ligue Europa d’affilée. Trois jours plus tard, c’est Lyon qui se présentera au Vélodrome pour un choc majuscule dans l’optique du titre. Des Rhodaniens bénéficiaires d’un luxe rare en cette période. « Ils auront toute la semaine pour préparer cette rencontre, souffle Mandanda. Mais on ne peut pas faire l’impasse sur la Coupe d’Europe. On fera tout ce qu’il faut pour arriver frais. Je ne m’inquiète pas. »

L’ancien Havrais a beau nier ses craintes, son équipe a laissé quelques plumes dans l’enchaînement des rencontres depuis le début du mois. Lors de ses deux derniers matchs de championnat, l’OM a eu l’occasion de s’inviter tout près du sommet. Deux fois il s’est contenté d’un point, contre Lorient (1-1) et à Toulouse (1-1). « Comme à chaque fois qu’on a la possibilité de passer devant, on ne l’a pas fait, reconnaît Mandanda. C’est dommage et je ne sais pas comment l’expliquer. »

Mbia évacue la pression

Il le faudrait pourtant afin d’éviter une fin de saison identique à la précédente. En position de force pour être sacrés, les joueurs d’Eric Gerets avaient abandonné trop de points chez eux. C’est d’ailleurs Lyon qui avait quasiment scellé leur sort en s’imposant au Vélodrome (3-1) à trois journées du dénouement. Or les ouailles de Didier Deschamps recevront sept fois lors de leurs onze dernières sorties. Là où ils ont déjà lâché douze points (deux défaites, trois nuls).

« De toute façon, je vous ai dit que Bordeaux allait être champion et je maintiens mon pronostic », a balancé Stéphane Mbia lundi, après avoir exprimé sa frustration d’évoluer en défense centrale. Une manière d’évacuer la pression ? de conjurer le sort ? Privé de titre depuis dix-sept ans, Marseille brûle d’impatience. Elle pourrait être en partie comblée dès la fin du mois avec la Coupe de la Ligue, dont l’OM disputera la finale contre Bordeaux (27 mars). Les deux rendez-vous de la semaine seront cruciaux pour ne pas en faire un éventuel lot de consolation.

La rédaction