RMC Sport

Cologne-Nice: les ultras niçois invectivés par des supporters parisiens

Avant le match de l'OGC Nice contre Cologne, ce jeudi, en Conference League (21h sur RMC Sport 1), les ultras azuréens ont brièvement été invectivés par certains supporters parisiens du groupe Supras Auteuil, dissous en 2010.

C’est un rendez-vous important pour l’OGC Nice. Actuels leaders de leur groupe avec huit points au compteur, les Aiglons se déplacent ce jeudi soir sur le terrain de Cologne (21h sur RMC Sport 1), pour la sixième et dernière journée de la phase de groupes de la Conference League. Pour rejoindre les huitièmes de finale, ils doivent gagner ou faire nul et espérer dans le même temps que le Partizan Belgrade ne s’impose face au FC Slovacko. Les hommes de Lucien Favre peuvent aussi aller en barrages s’ils font nul et que le Partizan gagne, ou s’ils perdent et que le Partizan s’incline.

Forte présence policière

En Allemagne, les Niçois peuvent compter sur le soutien d’environ 600 supporters. Dans l’après-midi, ils ont investi la place Heumarkt dans le centre de Cologne, le lieu établi par les autorités locales comme point de rassemblement pour les Azuréens annoncés ce soir du côté du RheinEnergieStadion. Arrivés pour la majorité ce matin en charter, les supporters et les ultras niçois repartiront ce soir après le match. Fortement encadrés par la police locale, ils ont d’abord pris place dans deux bars de la place Heumarkt, en présence de quelques ultras de Sarrebruck, un groupe amis des ultras de la Brigade Sud.

A Cologne, une poignée d’ultras du groupe Supras Auteuil, groupe dissous par le PSG en 2010, s'est aussi invitée. Ces individus ont brièvement invectivé les ultras niçois. Mais l’impressionnante présence policière a permis de prévenir toute altercation. Pour l’heure, les choses se passent normalement à Cologne avec les supporters de Nice. Au match aller, 8.000 supporters de Cologne s'étaient déplacés sur la Côte d’Azur, avec à leurs côtés des supporters du ce groupe dissous des Supras Auteuil. Plus d'une centaine d'entre eux, cagoulés, avaient envahi la tribune présidentielle, pour en découdre violemment avec les supporters niçois, installés en tribune populaire sud.

Trente-deux personnes avaient été blessées et quatre hospitalisées, dont un supporter parisien. Paris s’était vite désolidarisé de ces agissements et avait envisagé d’engager des poursuites contre les personnes impliquées impactant son image. Un des supporters parisiens présents lors des violences à Nice avait été acquitté lors du procès sur la mort de Yann Lorence en 2016, mais avait purgé une peine de prison pour s’être battu à Malmö. Il s’agissait d’un ancien membre du groupe Supras Auteuil.

RR avec TM