RMC Sport

Maignan, Charbonnier... la fronde des gardiens contre les nouvelles règles imposées sur les penalties

À compter du 1er juillet, des mises à jour vont être introduites dans le règlement de l'Ifab, instance faisant évoluer les règles du football. Celles-ci concernent notamment les agissements des gardiens lors des penalties. Après Mike Maignan, Lionel Charbonnier a largement critiqué ces évolutions.

Le jeu psychologique entre le gardien et le tireur lors d'un penalty sera peut-être bientôt amputé d'une bonne partie de sa magie. En effet, de nouvelles mises à jour du règlement de l'Ifab vont entrer en vigueur au 1er juillet prochain. Vendredi, l'instance qui détermine les lois du jeu en a modifié plusieurs pour la saison prochaine, notamment concernant cet exercice bien spécifique du penalty.

Maignan se moque des nouvelles règles

Ainsi, dans la nouvelle mouture, "le gardien ne pourra agir de manière à distraire abusivement le tireur, par exemple en retardant l’exécution du penalty ou en touchant les poteaux, la barre transversale ou les filets."

Cette modification n'a pas spécialement plu aux portiers, notamment à celui de l'équipe de France, Mike Maignan. Auteur d'un arrêt dans l'exercice vendredi face aux Pays-Bas (4-0), ce dernier a fait preuve d'ironie sur Twitter pour critiquer cette réduction du champ d'action des gardiens de but. "Nouvelle règle pour les penalties en 2026 : les gardiens devront être de dos au moment du tir. En cas d'arrêt, coup-franc indirect", a-t-il commenté.

"C'est le propre du un-contre-un, tu essaies de déstabiliser ton adversaire soit par des paroles, soit par ton body language"

Dans l'After Foot sur RMC samedi, un autre portier des Bleus - Lionel Charbonnier - s'est prononcé contre ces nouvelles règles. "La prochaine étape, c'est que le gardien ne pourra même pas arrêter le penalty ? On parle de déstabilisation mais c'est la base du football ! (...) Si on prend l'exemple de Landreau face à Ronaldinho en 2002, il n'a rien fait de ce qui est interdit mais il s'est décalé sur sa droite en laissant tout son côté gauche ouvert. Et il a déstabilisé le Brésilien, il a arrêté son tir. Est-ce qu'on aura droit de le faire ? C'est le propre du un-contre-un, tu essaies de déstabiliser ton adversaire soit par des paroles, soit par ton body language... Il faut arrêter quoi ! Et le joueur qui s'arrête dans sa course d'élan, ce n'est pas de la déstabilisation ?"

Ces nouvelles règles devraient à nouveau faire parler les principaux intéressés d'ici cet été...

CMP