RMC Sport

Milan-San Remo : Degenkolb s’offre la Primavera

John Degenkolb

John Degenkolb - AFP

Auteur d’une superbe saison 2014, John Degenkolb (Giant-Alpecin) continue de faire parler ses jambes en 2015. L’Allemand a grillé la politesse à tous les favoris pour remporter ce dimanche Milan-San Remo, première classique de l’année. Le Français Nacer Bouhanni prend la sixième place.

Cette fois, il a mal maîtrisé son sprint. Vainqueur l’an dernier et favori à sa propre succession, Alexander Kristoff paraissait pourtant idéalement placé ce samedi à l’entame du dernier kilomètre de Milan-San Remo, première classique de la saison. Mais le Norvégien de Katusha s’est découvert trop tôt. Et c’est un autre sprinteur, John Degenkolb, qui a profité de l’aubaine pour s’adjuger la Primavera. Discret jusque-là, au point d’avoir été « oublié » par les commentateurs à l’approche de l’explication finale, l’Allemand de l’équipe Giant-Alpecin a produit son effort au moment idéal pour déborder tout le monde dans les derniers hectomètres et s’imposer devant Kristoff et les autres candidats à la victoire (Peter Sagan 4e, Fabian Cancellara 7e).

Une année 2014 de feu

Côté français, un Nacer Bouhanni ambitieux était trop esseulé dans le sprint pour espérer mieux que sa sixième place. Et Tony Gallopin accompagnait le sprinteur de Cofidis dans le top 10 en terminant au neuvième rang. Mais le héros du jour s’appelle bien Degenkolb. Deuxième du Tour de Dubaï en début de saison, l’Allemand signe sa première grande victoire en 2015. Celui qui a déjà remporté Paris-Tours (2013) et la Vattenfall Cyclassics (2013 aussi) confirme surtout une année 2014 de feu – maillot vert du Tour d’Espagne avec quatre étapes remportées, vainqueur d’étape sur Paris-Nice, lauréat de Gand-Wevelgem et de Paris-Bourges – et se pose déjà comme l’un des grands animateurs des classiques de printemps. Avec dans un coin de la tête l’idée de faire mieux sur Paris-Roubaix que sa deuxième place de l’an dernier.