RMC Sport

Tour de France : beaucoup de vent, des Français en retrait et le show Sagan-Froome... ce qu'il faut retenir de la 11e étape

Peter Sagan et Chris Froome

Peter Sagan et Chris Froome - AFP

Mistral et tramontane ont influé sur le déroulé de l'étape entre Carcassonne et Montpellier. Hormis Arthur Vichot, les Français n'ont pu s'exprimer en cette veille de 14 juillet. Mais c'est bien la démonstration de Peter Sagan et Chris Froome qui a marqué les esprits.

Du vent, des chutes et des bordures

Cette étape en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées ne devait, a priori, pas être particulièrement compliquée. Sans difficulté majeure, elle devait faire la part belle aux sprinters. Mais c'était sans compter sur le mistral et la tramontane qui ont provoqué des dégâts dès le début de l'étape. Plusieurs coureurs ont chuté, sans gravité, dont Thibaut Pinot. Le coureur français n'avait pas grand chose à craindre quant à son maillot à pois, mais sa chute l'a mis hors-jeu pour le reste de l'étape. Au gré des attaques, à commencer par celles des Tinkoff et des Sky, les bordures se sont multipliées. La course s'est achevée en deux groupes : les sprinters et les poids lourds dans le premier, les autres dans le second.

A lire aussi >>> Revivez la 11e étape du Tour de France 2016 entre Carcassonne et Montpellier en live commenté

Vichot, unique sourire français

Il n'y aura pas de Français pour parader demain, jeudi 14 juillet, jour de fête nationale. L'étape du jour n'a pas permis aux coureurs tricolores de se distinguer. Thibaut Pinot a rapidement dû se contenter de jouer les utilités. Tony Gallopin, Sylvain Chavanel et les autres n'ont pas résisté aux différentes bordures et accélérations. Un seul a pu jouer les premiers rôles pendant un temps : le champion de France Arthur Vichot, qui ne s'était pas encore montré à son avantage avant ce mercredi. Le coureur de la FDJ s'est échappé avec l'Australien Leigh Howard (IAM) après 6 kilomètres. Tous deux ont fait la course en tête jusqu'à ce qu'ils soient rattrapés à 60 kilomètres de l'arrivée. Arthur Vichot a été récompensé en se voyant attribuer le prix de combativité.

Sagan et Froome seuls au monde

Très agressifs durant toute l'étape, les Sky et les Tinkoff ont imprimé un rythme soutenu en tête de peloton, et sur la fin, les stars de chaque écurie ont assuré le show. Prétendant logique à la victoire au sprint, Peter Sagan, bien aidé par ses équipiers, a encore justifié son titre de champion du monde dans les derniers kilomètres. Point de duel avec André Greipel, Mark Cavendish ou encore Marcel Kittel, qui semblait à mi-parcours en mesure de lutter. Non, Sagan a lancé une énième accélération dévastatrice dans les 10 derniers kilomètres, accompagné de son équipier Maciej Bodnar et de... Chris Froome.

Le maillot jaune a un peu plus marqué le Tour de son empreinte en s'invitant parmi les premiers quand les choses sérieuses ont commencé. Une manière comme une autre d'atteindre un peu plus le moral de ses concurrents au classement général, Nairo Quintana (Movistar) en tête. Le Colombien, en retrait, a encore perdu quelques secondes. A l'arrivée, Sagan et Froome ont terminé en gentlemen. Le Britannique a laissé au Slovaque la victoire, se contentant de la seconde place. Bodnar a pris la 3e.

Nicolas Bamba