RMC Sport

Siutat : "On part avec un état d’esprit commando"

Jean-Pierre Siutat

Jean-Pierre Siutat - AFP

Invité de Basket Time sur RMC, Jean-Pierre Siutat, le président de la Fédération française de basket, a fait le point sur la préparation des Bleus de Tony Parker, à une semaine du début de l’Euro à Montpellier.

Jean-Pierre Siutat, quel est votre état d’esprit à une semaine du début de l’Euro ?

On a vécu une tournée hyper positive. On a rencontré une ferveur comme on n’en a jamais eu. La chose intéressante, c’est qu’on n’a pas de blessé. Ce n’est quand même pas rien. On part avec un vrai état d’esprit d’équipe, commando, en mission. On a des gars motivés et un groupe qui vit très bien. J’ai eu la chance de les suivre quasiment tout le temps. On sent que ça monte en puissance et qu’il leur tarde de démarrer. Ils sont prêts pour ça.

Rudy Gobert a impressionné durant la préparation…

Rudy, c’est la grande satisfaction. Il va être attendu quand même cette année. Ça a été la grande révélation en 2014. Cette année, il va être attendu. Mais bon, il a tellement progressé… Il est indispensable à cette équipe de France.

Les joueurs ont connu beaucoup de déplacements durant la préparation. Un peu trop pour certains observateurs…

Oui, c’est vrai. Mais tout ça a été dealé relativement tôt. On avait 25 sites en France qui voulaient recevoir l’équipe de France. Il a fallu faire des choix. On avait aussi des accords avec des pays étrangers, comme la Finlande, la Serbie ou l’Allemagne. Il fallait également s’habituer aux déplacements qu’on sera peut-être amenés à faire durant la compétition. Mais ça avait été vu avec les joueurs. Maintenant, ils sont à Montpellier et ils ne bougeront plus jusqu’au 11 septembre. Ça a été fait en toute intelligence, de façon concertée, comme d’habitude. On a mis des moyens pour que les déplacements se passent du mieux possible. Les joueurs sont globalement ravis.

Les basketteurs ont rencontré les rugbymen du XV de France à Marcoussis…

J’étais avec eux, c’était super. On a commencé par enregistrer toute une campagne pour la candidature de Paris 2024. Ensuite, on est allé à Marcoussis. Les joueurs se sont mis à jouer en touche-rugby, sans peur de se blesser. C’était impressionnant. On a vu Boris (Diaw) courir pieds nus. C’était super.

Combien coûte l’organisation des matchs de l’Euro à Lille ?

Quatre millions d’euros. Si on compte tous les frais sur Lille, entre la location et la mise en adaptation pour une compétition de basket, c’est quatre millions d’euros.

C’est un beau cadeau pour la génération des trentenaires comme Tony Parker, Boris Diaw ou Mickaël Gelabale…

Il ne faut pas voir ça comme un cadeau. On se devait de le faire, sincèrement. Déjà pour le basket français. On est champions d’Europe en titre et la plupart des joueurs n’ont jamais fait de vraie compétition de basket en France. Il y a eu quelques matchs de qualification en 2008 et 2009, mais rien de plus. Donc on se devait de le faire.