RMC Sport

Räikkönen au bout du suspense

Kimi peut savourer son triomphe

Kimi peut savourer son triomphe - -

Déjouant les pronostics, la Ferrari du Finlandais a pris l’avantage sur les McLaren de la doublette Hamilton-Alonso. Un dénouement incroyable pour une fin de championnat haletante.

Avant le Grand Prix du Brésil, on n’avait d’yeux que pour le duel entre Lewis Hamilton et Fernando Alonso. La dernière manche pour l’attribution du titre devait départager les frères ennemis de l’écurie McLaren, le Britannique dans le rôle du prodige, qui s’il avait été champion aurait été le plus jeune de l’histoire de la F1 à 22 ans, et l’Espagnol dans celui du briscard, double champion du monde 2005/2006. La guerre déclarée sur la fin de saison entre les deux hommes, les affaires d’espionnage industriel entre McLaren et Ferrari, n’avaient fait que dramatiser un peu plus le rendez-vous d’Interlagos.
Ce bras de fer entre les Flèches d’Argent devait être arbitré par Kimi Räikkönen, le Finlandais qui, troisième au général avec sa Ferrari avant le dernier Grand Prix avec 100 points, comptabilisait trois unités de retard sur Alonso et sept sur Hamilton.

Kimi, de faire-valoir à trouble-fête

Mais de faire-valoir, « Iceman » s’est transformé en trouble-fête, raflant la mise au nez et à la barbe des favoris, qui ont connus les pires difficultés à terminer la course. Lewis Hamilton, pourtant parti en première ligne, est sorti de la piste au 3e tour, avant de se trouver quasiment à l’arrêt au 7e, trahi par des ennuis mécaniques. Le protégé de Ron Dennis a passé la course à essayer de remonter désespérément depuis la 18e place vers les voitures de tête. Le Britannique a terminé 7e, une piètre consolation pour celui qui était venu chercher la consécration mondiale au terme de sa première saison en F1.
Fernando Alonso, que l’on disait résigné à la perte de son titre, s’est montré batailleur, mais n’est jamais parvenu à pousser sa monture au-delà de sa position initiale sur la grille de départ, parti en 2e ligne aux côtés de Kimi Räikkönen. Le Taureau des Asturies, 3e au final, a quand même gravi les marches du podium. Profitant des déboires d’Hamilton et de l’impuissance d’Alonso, Kimi Räikkönen a maitrisé sa course de bout en bout : 2e derrière son compère de la Scuderia Felippe Masa dès le 37e tour, 1er à partir du 53e.
Kimi Räikkönen est devenu champion du monde alors que l’on attendait Lewis Hamilton, et à un degré moindre Fernando Alonso.
Les annales de la F1 retiendront que le Finlandais a décroché sa première couronne à 28 ans, au terme d’une arrivée chez Ferrari à l’intersaison pour succéder à Michael Schumacher.

Une enquête pouvait donner le titre à... Hamilton !

Mais quelques heures après la course, on apprenait qu'une enquête de la FIA visait les pilotes BMW et Williams.
Nico Rosberg (4e), Robert Kubica (5e) et Nick Heidfeld (6e) pouvaient être déclassés et offrir ainsi la quatrième place à Lewis Hamilton qui se serait ainsi emparé du titre mondial ! Une énième coup de théâtre dans ce championnat.
Le résultat du Grand Prix du Brésil ne pouvait donc être entériné, des réprésentants des équipes concernés étant convoqués chez les commissaires de course.
L'enquête concernait la température de l'essence injectée dans les monoplaces, une essence trop froide plusieurs degrés. Le règlement interdit que l'essence soit réfrigéré car son volume diminue ainsi et ses qualités sont améliorées.
Alors, Hamilton sacré sur tapis-vert ?
Ce n'est qu'au milieu de la nuit, heure française, que l'on apprenait que le provisoire était définitif. L'enquête était abandonnée et Räikkönen pouvait être couronné au terme d'un invraissemblable suspense.

Classement des pilotes :
1. Kimi Räikkönen (FIN) 110,0 pts
2. Lewis Hamilton (ENG) 109,0
3. Fernando Alonso (ESP) 109,0
4. Felipe Massa (BRA) 94,0
5. Nick Heidfeld (GER) 61,0
6. Robert Kubica (POL) 39,0
7. Heikki Kovalainen (FIN) 30,0
8. Giancarlo Fisichella (ITA) 21,0
9. Nico Rosberg (GER) 20,0
10. David Coulthard (GBR) 14,0
11. Alexander Wurz (AUT) 13,0
12. Mark Webber (AUS) 10,0
13. Jarno Trulli (ITA) 8,0
14. Sebastian Vettel (GER) 6,0
15. Jenson Button (GBR) 6,0
16. Ralf Schumacher (GER) 5,0
17. Takuma Sato (JPN) 4,0
18. Vitantonio Liuzzi (ITA) 3,0
19. Adrian Sutil (GER) 1,0

Classement des constructeurs :
1. Ferrari 204,0 pts
2. BMW Sauber 101,0
3. Renault 51,0
4. Williams 33,0
5. Red Bull 24,0
6. Toyota 13,0
7. Toro Rosso 8,0
8. Honda 6,0
9. Super Aguri 4,0
10. Spyker 1,0

Le palmarès des vainqueurs au championnat du monde :
1950 Guiseppe Farina, Italie, Alfa Romeo
1951 Juan Manuel Fangio, Argentine, Alfa Romeo
1952 Alberto Ascari, Italie, Ferrari
1953 Alberto Ascari, Italie, Ferrari
1954 Juan Manuel Fangio, Argentine, Maserati
1955 Juan Manuel Fangio, Argentine, Lancia-Ferrari
1956 Juan Manuel Fangio, Argentine, Mercedes-Benz
1957 Juan Manuel Fangio, Argentine, Maserati-Mercedes
1958 Mike Hawthorn, GB, Ferrari
1959 Jack Brabham, Australie, Cooper-Climax
1960 Jack Brabham, Australie, Cooper-Climax
1961 Phil Hill, USA, Ferrari
1962 Graham Hill, GB, BRM
1963 Jim Clark, GB, Lotus-Climax
1964 John Surtees, GB, Ferrari
1965 Jim Clark, GB, Lotus-Climax
1966 Jack Brabham, Australie, Brabham-Repco
1967 Denny Hulme, Nlle-Zélande, Brabham-Repco
1968 Graham Hill, GB, Lotus-Ford
1969 Jackie Stewart, Ecosse, Matra-Ford
1970 Jochen Rindt, Autriche, Lotus-Ford
1971 Jackie Stewart, Ecosse, Tyrrell-Ford
1972 Emerson Fittipaldi, Brésil, Lotus-Ford
1973 Jackie Stewart, Ecosse, Tyrrell-Ford
1974 Emerson Fittipaldi, Brésil, McLaren-Ford
1975 Niki Lauda, Autriche, Ferrari
1976 James Hunt, GB, McLaren-Ford
1977 Niki Lauda, Autriche, Ferrari
1978 Mario Andretti, USA, Lotus-Ford
1979 Jody Scheckter, AfSud, Ferrari
1980 Alan Jones, Australie, Williams-Ford
1981 Nelson Piquet, Brésil, Brabham-Ford
1982 Keke Rosberg, Finlande, Williams-Ford
1983 Nelson Piquet, Brésil, Brabham-BMW
1984 Niki Lauda, Autriche, McLaren-TAG
1985 Alain Prost, France, McLaren-TAG
1986 Alain Prost, France, McLaren-TAG
1987 Nelson Piquet, Brésil, Williams-Honda
1988 Ayrton Senna, Brésil, McLaren-Honda
1989 Alain Prost, France, McLaren-Honda
1990 Ayrton Senna, Brésil, McLaren-Honda
1991 Ayrton Senna, Brésil, McLaren-Honda
1992 Nigel Mansell, GB, Williams-Renault
1993 Alain Prost, France, Williams-Renault
1994 Michael Schumacher, Allemagne, Benetton-Ford
1995 Michael Schumacher, Allemagne, Benetton-Renault
1996 Damon Hill, GB, Williams-Renault
1997 Jacques Villeneuve, Canada, Williams-Renault
1998 Mika Hakkinen, Finlande, McLaren-Mercedes
1999 Mika Hakkinen, Finlande, McLaren-Mercedes
2000 Michael Schumacher, Allemagne, Ferrari
2001 Michael Schumacher, Allemagne, Ferrari
2002 Michael Schumacher, Allemagne, Ferrari
2003 Michael Schumacher, Allemagne, Ferrari
2004 Michael Schumacher, Allemagne, Ferrari
2005 Fernando Alonso, Espagne, Renault
2006 Fernando Alonso, Espagne, Renault
2007 Kimi Räikkönen, Finlande, Ferrari

La rédaction - Julien Fébreau